Très bonne découverte que cette récente formation Belge répondant au nom de SEVEN TONGUES OF GOD et qui pratique très habilement un power/math métal relativement personnel par les influences exploitées ! Des grosses rythmiques des 90' (PANTERA, FEAR FACTORY, MACHINE HEAD) aux boutures modernes que sont les MESSHUGAH c'est avec l'ajout d'une touche mélodique très Pattonnesque qui donne à ce groupe et notamment sa musique une palette explosive autant de teintes que d'énergie. Un premier album autoproduit ne démordant pas en qualité venant de sortir qu'il coulait de sources d'aller aux infos, cet entretien avec le groupe...
INTERVIEW REALISEE EN MAI 2007

 

 

 

 

Salut les gars ! Une fois n'est pas coutume cette interview commencera par les présentations...

Stef : Guitare
Damien : Basse et choeurs
Nikko : Drums of war
Oli : Guitare et choeurs
Wanch : Salut, je suis les cordes vocales de 7TOG ;-)


Bien. Entrons à présent dans le vif du sujet avec la venue de votre premier album "Mentalization". A la fois math metal et power si l'efficacité est de mise c'est aussi par des passages plus progressifs et ambiancés à chercher dans l'influence d'un Mike Patton qui finit par donner une note particulière et personnelle au tout. Expliquez moi comment vous est venu cette envie de fusionner d'un coté ces rythmes lourds et froids à un opposé bien plus souple et... chaleureux ?!?

Wanch : Il n'y a pas vraiment eu de décision ou de démarche volontaire à ce niveau, je pense que ça a été plus inconscient que ça. On a tous des influences persos et communes très variées. Personnellement, je peux écouter du Meshuggah le matin, passer à Bjork l'après-midi et finir avec Tool le soir. J'aime la musique en général et je serais incapable de me limiter à un style pur et dur, je m'ennuierais beaucoup, autant en t
ant que musicien qu'auditeur. C'est pour çà que j'apprécie énormément des groupes comme Coprofago, Textures ou Hacride qui ne s'arrêtent pas au métal pour tirer leur inspiration. Donc je suppose que ça s'est passé de manière assez naturelle dans le processus de composition.

Stef : Ce qui a surtout primé pour nous c'est une volonté et une recherche de la différence et de l'originalité. On voulait vraiment éviter la facilité et tomber dans les clichés

MESHUGGAH, MIKE PATTON ... Vos influences sans en voler le mérite, sont assez devinables en votre musique.. Si j'aurai pour ma part bien trouvé des airs de MACHINE HEAD et FEAR FACTORY quelles sont pour vous celles qui ont le plus participé à la base de "Mentalization" ?

Wanch : De nouveau, je pense qu'il n'y a eu aucun calcul de notre part, mais c'est vrai que nos influences sont palpables et ça ne nous dérange pas puisque nous sommes encore un jeune groupe. Les 4 groupes que tu cites ont indéniablement influencé notre parcours musical. Pour ma part, Pantera pourrait être ajouté à la liste. Maintenant, j'ai parfois été étonné que des gens nous parlent d'influences qu'on a pas nécessairement trouvées marquantes sur l'album, on nous a par exemple déjà cité Soundgarden, Black Label Society ou Alice in Chains ... Perso je ne connais que peu de groupes qui ont chopé leur style prononcé dès le premier album. Regarde le premier album de Gojira ! Quand je l'ai écouté la première fois, je me suis dit "Ces mecs sont géniaux !" puis j'ai découvert Morbid Angel et là j'ai fait "Ha ok !". Pareil pour Meshuggah, les premiers albums transpirent le Metallica, les Coprofago ont clairement mangé du Pestilence. Et pourtant, maintenant tous ces groupes ont vraiment acquis une personnalité propre et affirmée. Respect !

Stef : Je pense aussi qu'on nous parle souvent de nos influences parce qu'elles sont moins courantes que celles de la plupart des groupes. Des centaines de groupes ressemblent (ou essaient ;-) à Metallica, Korn ou Killswitch Engage mais on relève moins.

Damien : Même si nos influences sont reconnaissables, une des choses qui fait notre force c'est le décalage chant-musique. Là où on pourrait s'attendre à des vocaux à la Meshuggah, on surprendra avec une ligne de chant qui parfois se rapprochera plus d'un Soundgarden ou d'un Alice In Chains. Encore une fois, là aussi on ne veut pas tomber dans le prévisible.


Nikko : Les multiples influences de chacun ainsi que la personnalité de chaque membre du groupe donnent pour moi cette couleur unique à la musique pratiquée par 7TOG.


A l'écoute de l'album votre niveau technique n'est pas mauvais, même bien bon et bien carré ! J'ai cru cependant voir que le groupe avait à peine plus d'une année d'existence... Certains d'entre vous ont ils déjà eu l'occasion de se former la main en d'autres groupes ?

Damien : J'ai débuté la basse avec un prof qui m'a donné d'assez bonnes bases puis j'ai joué dans différents groupes métal mais pas vraiment dans le style de 7TOG. Mes goûts musicaux m'ont pas mal aidé à développer et ouvrir mon jeu, j'écoute de tout et pas seulement du métal.

Oli : J'ai joué dans quelques groupes de différents styles, rock, blues, métal, etc. Cela m'a permis de toucher un peu à tout même si le niveau technique n'était jamais le même que celui dans 7TOG.

Stef : Perso, avant 7TOG, il n'y a pas vraiment eu de groupes significatifs, j'ai plus appris par expérience personnelle.

Wanch : 2 vrais groupes pour ma part (mon 1er groupe, j'y jouais une espèce de rock-métal pendant une 10aine d'années et avant de rejoindre 7TOG, Khymiah, un groupe plus dans la veine Tool-APC) et pa
s mal de shit-bands mort-nés sans noms)

Nikko : Pour ma part avant de rejoindre 7TOG, je jouais dans Hydra (Liège / Power Thrash) et dans Dollsex (Charleroi / Metal ), avec lequel j’ai enregistré le premier album au studio Impuls. J’ai déjà acquis pas mal d’expérience scénique et studio durant une dizaine d’année dans diverses formations.

L'enregistrement s'est fait par un passage studio, le mix par vous mêmes, et.. le rendu est sacrément bon ! Un gros son, clinique mais loin d'être inorganique, clair et avantageux avec chaque instrument... Parlez moi de ces étapes, des conditions dans lesquelles cela s'est passé, de votre satisfaction et autocritique à l'égard du rendu final...

Wanch : En fait, on a tout fait, enregistrement inclus ! Ca a été beaucoup de boulot, étalé sur à peu près 6 mois. Les étapes ont été un peu particulières puisque quand on s'est attaqué aux pré-démos, on n'était plus que Stef et moi dans le groupe, on avait eu pas mal de galères de line-up mais on voulait malgré tout faire cet album. On s'est attaqué aux pré-démos en continuant en parallèle à bosser sur les compos et à rechercher de nouveaux musiciens. Nikko est entre-temps arrivé et à commencer à bosser sur les batteries avec nous.

Nikko : A mon arrivée, j’ai commencé à apprendre les morceaux à partir des pre-demo’s. J’ai gardé la base de ligne batterie déjà écrite car elle me convenait et un gros travail de recherche avait déjà été fourni par Stef et Wanch (jeu de cymbales, rythmique de base, …). J’y ai donc apporté ma touche personnelle et surtout plus de naturel aux morceaux mais sans modifier « l’esprit » déjà présent.

Wanch : Je suis assez satisfait du résultat même si après coup, on se dit toujours qu'on aurait pu mieux faire telle ou telle chose. Mais pour du home-made, je pense qu'on a très bien bossé et je ne regrette aucune note !

Stef : Le bon point était qu'on n'avait aucune deadline à respecter, on pouvait se concentrer sur l'objectif principal : la musique. Et dans ce sens, on s'est donné le temps nécessaire pour que tout soit réfléchi, rien n'a été laissé au hasard. Par exemple, le son des grattes a été longuement mûri et bossé, on voulait vraiment ce son froid et incisif. Je suis vraiment satisfait de tout, compos, son, mix, artwork !

Damien : A mon arrivée dans le groupe, les lignes de basse étaient déjà écrites et une majorité de l'album était enregistré. Mon rôle a surtout été d'apprendre rapidement les lignes et de les enregistrer du mieux possible en y apportant ma griffe. J'ai pris ça comme une sorte de challenge à relever. Pour ce qui est du résultat, je suis très content, le produit fini me plaît en tout point, de la zik à l'artwork.

Oli : Je n'ai pas joué sur l'album. Quand je suis arrivé, toutes les guitares avaient été enregistrées et l'album partait pour le pressage. Pour moi, ça a donc été apprentissage intensif et rapide pour préparer les lives futurs. J'ai eu plus ou moins un mois pour être prêt à assurer le showcase de l'album. Défi relevé ;-) Et pour l'album, rien à dire, c'est un bon produit, je l'achèterais ! D'ailleurs, j'en ai déjà acheté plusieurs :)))

 


Face à un son tel, on retrouve une pochette naturellement du même acabit ! Si j'y vois des doigts et un rouage mécanique, la signification reste cependant flou. Tout en nous en parlant pourriez vous basculer sur les textes, nous les présentant en détails ? Y a t'il d'ailleurs sous le mot "Mentalization" un concept ?

Wanch : L'artwork de la cover, j'y ai bossé avec ma cousine qui est graphiste (comme tu vois, c'est presqu'un artisanat "familial" cet album). Je donnais mon avis mais c'est vraiment elle qui a développé le visuel autour de l'album. On tenait à faire le lien avec le côté froid et "mécanique" de notre musique et aussi à mettre en avant la dualité nature/machine qu'on retrouve aussi dans nos morceaux. La base était ce morceau de glace et puis elle a imaginé ces rouages qui lui donnent l'aspect d'une main artificielle. Pas vraiment de concept donc mais plutôt une ambiance à laquelle on voulait rester fidèles. Un album pour nous est un tout et le visuel y occupe une grande place. Idem pour les textes, je n'ai pas vraiment eu de concept de départ. Là aussi c'est l'ambiance musicale qui dicte le reste. Mais avec le recul, quand tout était écrit, je me suis rendu compte qu'il y avait certains dénominateurs communs entre les textes. Tout est pas mal basé sur l'émotionnel et sur la façon dont on le vit. Et chaque texte à sa manière "raconte" une réaction possible face à une émotion, celle-ci étant positive ou négative en fonction du ressenti. Souvent une mauvaise perception d'une émotion amène une réaction négative. La mentalisation (terme des psychanalystes) concerne principalement l'activité représentative et fantasmatique de l'individu. Pour faire simple, elle permet de faire les bonnes connexions face à une émotion. Pour donner un exemple, quelqu'un se retrouvant face un important choc émotionnel comme un accident ou la perte d'un être cher, si il est incapable de "mentaliser" ce qui lui arrive pourra devenir hystérique ou même fou. Ca va, tu me suis toujours ?? ;-)) Pour en revenir aux textes, God Bless Me parle par exemple de terrorisme du point de vue du terroriste lui-même qui justifie ses actes par sa connexion avec son dieu. Je voulais essayé de comprendre ce qui se passe dans sa tête pour être amené à commettre de tels actes … sans pour autant les excuser évidemment. Pour revenir à la pochette, ce n'est pas très grave de ne pas comprendre tout, ce qui compte c'est d'attirer l'attention, tout comme pour la zik d'interpeller l'auditeur. Et il est libre de l'interprétation qu'il veut en faire.

Ok. La jeunesse du groupe ne vous a pas empêché de commencer rapidement les dates.. Comment s'annoncent les retours à ce niveau ? Quelles ambiances tente de donner 7TOG sur scène ? De quelle manière ?

Wanch : Les dates et les retours arrivent tout doucement. Ca prend du temps du fait que le groupe est totalement inconnu mais de bonnes choses se profilent déjà. Sur scène, pour moi, les 2 objectifs principaux sont retranscrire le plus fidèlement possible "MentalizatioN" et aussi tenter de convaincre un maximum de public pas nécessairement habitué à une musique telle que la nôtre, de ce côté on mise pas mal sur l'énergie et la communication avec les gens.

Stef : C'est clair que même pour des métalleux, on ne joue pas vraiment une musique spécialement accessible du premier coup en live. Cela nous oblige à bosser plus, notre jeu doit être le plus précis possible pour une meilleure compréhension de l'auditeur.
Damien : C'est un travail régulier pour obtenir le plus de cohérence scénique possible.

Oli : On essaie aussi de faire des sets courts et efficaces pour être plus intenses, et surtout pour pouvoir aller boire avec les gens après-;-)

Nikko : STOG montre sur scène qu’il n’est pas qu’un ‘bon’ groupe studio.

Vous êtes par ailleurs Belges, pays séparé notamment par les langues, est ce là une barrière pour tourner ? Y a t'il justement des échanges entre scène Flamande et Wallonne ou chacune poursuit ses activités de son côté sans trop calculer l'autre ?

Wanch : Petit pays, petites idées ;-) Blague à part, malheureusement oui, il existe une barrière linguistique pas évidente à passer en Belgique. Et les groupes qui jouent des deux côtés de cette barrière sont peu nombreux et souvent issus de la capitale. Mais de notre côté, on a eu la chance de remporter un contest flamand, le Goddeau Demo Project, et apparemment quelques portes s'ouvrent tout doucement grâce à cela. On espère de plus en plus encore.

Francophones, cherchez vous à venir jouer aussi en France ?

Wanch : On veut clairement venir jouer en France et partout ailleurs aussi si ça nous est possible ! Le but maintenant est vraiment de défendre « MentalizatioN » un maximum en live !
Oli : On veut jouer en France et pas juste dans le Nord, on veut du Pastis !

Nikko : Je pense qu’un pays comme la France ou l’Allemagne offre plus de possibilités aux groupes catalogués ‘Metal’. En Belgique ce n’est vraiment pas évident de s’imposer en tant que tel. Toutes les dates sont donc bonnes à prendre !


Bien. Première prod et d'entrée un produit pro, pressé, pochette imprimée, artwork soigné... Au delà du plaisir personnel je suppose qu'il y a des ambitions sous tout cela... Avez vous dés lors, déjà reçu le soutien ou l'intérêt de labels, distros ? A terme plus général, et bien que cela soit récent, comment s'annoncent les retours de l'album auprès de la foule ?

Wanch : On vient juste de commencer à démarcher les labels, distros, prods, etc donc je suppose que c'est encore un peu tôt pour les retours mais oui, c'est clair qu'on a envie de diffuser un max notre musique et pour cela, il faut un minimum de moyens et de promo. Donc on espère bien sûr trouver des gens passionnés qui seraient prêts à nous soutenir et à bosser avec nous ! Au niveau des retours de la foule, en effet c'est encore très frais mais à première vue, ce qui est sûr c'est que l'album ne laisse pas indifférent ; que les gens aiment ou détestent, on attire toujours l'attention. Il y en a même qu'on intrigue ;-)) La question qui revient souvent c'est "Mais votre style, c'est quoi ??" ;-))

Oli : Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi les gens ont besoin qu'on leur donne un style pour pouvoir apprécier une musique !

Une énigme Oli ;)… Avant de finir cette interview, un petit passage sur la scène Belge, francophone, Flamande.. Quels sont les échanges que vous entretenez avec ces dernières ? Les groupes que vous appréciez ? Ceux que vous aimeriez ici appuyer... On parlera aussi d'activistes, trouvez vous que votre scène, underground ou pas, soit bien soutenue par des personnes motivées ?

Wanch : Comme dit plus haut, la scène flamande nous est quasi inconnue même si je connais et apprécie quelques groupes qui ont acquis une certaine notoriété comme Aborted (mais sont-ils encore belges !?), In-Quest ou Axamenta. Au niveau wallon, dans le métal je ne sais pas si on peut vraiment parler d'une scène même si il y a pas mal de passionnés qui à leur niveau et avec leurs moyens essaient de faire avancer les choses, je pense surtout à certains organisateurs de fests métal ou groupes comme Hugues Bernard de Rock Your Brain et Ed du Buried Fest, l'Iguanorock qui hélas n'est plus, Gérald du Raw Rock, le groupe Traits Of Metal. J’en oublie sûrement. Mais perso je dois avouer que je ne suis pas vraiment fan des groupes métal belges, j'ai plus un faible pour les groupes de par chez vous, j'apprécie vraiment des groupes comme Hacride, Scarve ou Gojira. J'aime aussi beaucoup les hollandais de Textures.

Oli : J'ai l'impression que ça bouge plus du côté flamand que chez nous. Plus de motivation, plus de moyens.

Damien : Du côté wallon, il y a parfois de bonnes initiatives qui sont lancées, ça démarre bien ... et puis, plus rien ! Manque de motivation, de moyens, essoufflement ?? Je ne sais pas trop. Mais je vois rarement des choses positives sur le long terme malheureusement.

Stef : Ca manque aussi pas mal de prises de risques chez nous. Très peu d'orgas se risquent à faire jouer de nouveaux groupes, à laisser la chance. Et beaucoup de choses fonctionnent pas mal au copinage, ce qui donne souvent les mêmes affiches !

Wanch : Je crois que des vrais passionnés il y en a mais il est vrai aussi que souvent trop peu de moyens leur sont donnés pour réaliser leurs projets. Mais bon, on ne va pas faire de "sinistrose" non plus ;-) Des gens qui bougent il y en a ! La preuve, 7TOG a déjà quelques dates qui se profilent !

Nikko : Je pense qu’en Wallonie, il faut se débrouiller par soi-même. Il faut s’investir beaucoup pour recevoir peu en retour finalement.

Ok… Mis à part pour ceux qui désireront se procurer "Mentalization" quelles démarches suivre, où se rendre, qui frapper ?

Wanch : Pour se procurer l'album, le mieux est vraiment de venir nous voir en live ! Les dates sont dispos sur notre myspace www.myspace.com/7tog  ! Sinon, il est toujours possible de le commander en nous écrivant directement à l'adresse seven_tongues_of_god@skynet.be  !

Nous voici donc à la fin, vous remerciant et vous souhaitant longue continuation je finirai très simplement en vous demandant à chacun "A quel album auriez vous aimé participer à la réalisation ?" Sur ce, le mot de la fin est votre...

Stef : Sans hésiter Chaosphere de Meshuggah pour toute cette folie frénétique qu'il contient !

Oli : Le tout premier album de Mr Bungle !

Nikko : hum… « Reign In Blood » de Slayer, quelle claque à l’époque et encore à l’heure actuelle !

Damien : L'album Ugly de Life Of Agony !

Wanch : Question difficile, il y a un paquet d'albums auxquels j'aurais aimé participer ou en tout cas assister ! Si il faut en choisir un récent, je dirais "Drawing Circles" de Textures que je trouve super riche en tout point et si c'est un classique, sans hésiter "The Great Southern Trendkill" de Pantera, cet album est une tuerie, un vrai condensé de rage !

Seven Tongues Of God : Et merci à toi pour ton support à 7TOG !!!!


 

>>> Le site : www.myspace.com/7tog

>>> Lire la chronique de "MentalizatioN"