Il n'y a pas que la féria ou la corrida qui savent mettre le feu à Bayonne. Il y a aussi le métal, et ce notamment grâce à GOJIRA ! Dans son style le groupe INFEST s'en tire plutôt bien aussi et ce grâce à un grind/death vitaminé qui foutrait plus d'un néophyte à terre ! Le groupe a sorti d'ailleurs son premier album voici peu et il est à parier que la saison estivale arrivant ce dernier ébouriffera plus d'un touriste lambda égaré ou en mal de sensations fortes. Il était donc utile de prévenir ces derniers (si tentés lisent-ils La Part d'Ombre), cet entretien avec Flow, guitariste du groupe...
INTERVIEW REALISEE EN JUILLET 2007

 

 

 

 


Salut les gars ! Comment va et sous quelles augures se présente l'été au pays Basque ? Pour commencer, la question est bateau, mais comme vous n'êtes pas encore des stars que tout le monde connaît... C'est qui, quoi, où, comment INFEST ?

L’été s’annonce plus que bon vers chez nous. La plage, les filles, les fêtes de Pampelune et de Bayonne... bref la beuverie.
Pour revenir à INFEST, nous sommes un groupe de death grind fondé en 2003 dans les alentours de Bayonne et composé de Bud au chant, Sbeu à la batterie, Pat à la basse et moi même à la guitare. L’objectif initial était de se donner les moyens de sortir un album et nous l’avons fait. Maintenant INFEST doit continuer sa progression et continuer à bosser sérieusement tout en s’amusant un maximum à chaque concert.

Ce premier album, "Feel the rage", est sorti voici quelques semaines... Explosif, énergique, tapant rarement dans la demi mesure sinon pour paraître plus viril et mixant touches grind, death, HxC... Euh... Vous avez cherché à plaire le plus possible à Relapse dans l'espoir de signer chez eux ?

Autant te dire que lorsque nous avons composé ces 11 titres nous avons autant pensé à Relapse Records qu’a Christophe Colomb (je sais ça n’a rien à voir mais fallait que je trouve quelque chose de stupide). Non ! Quand nous composons nous ne pensons pas si ça va plaire à tel ou tel label, sinon on tomberai dans l’esprit commercial à l‘etat pur. Après je suis content que tu dises que notre production ne ferai pas spécialement tache dans leur catalogue. Ca fait plaisir vu qu’il faut admettre qu’ils ont sous leurs ailes un paquet de groupes qu’on écoute et qu’on admire. Je penserai donc à leur transmettre une copie de notre prochain master.

Oui, vos influences se plairaient bien à cette écurie (ajoutons Napalm Death)... Quels sont justement les groupes qui ont rodés vos instruments ? Et ceux dont vous vous sentez particulièrement proches avec "Feel the rage" ?


Nous avons tous commencé à jouer de nos instruments en écoutant des bons vieux Slayer, Metallica, Sepultura et Pantera mais ensuite nous nous sommes vite dirigés vers le milieu dit plus « extrême » et nous avons décidé de créer INFEST dans l’optique de faire une musique puissante rapide et efficace.
« Feel the rage » contient des morceaux plus ou moins vieux. Deux d’entres eux figuraient d’ailleurs dans notre démo (sous une version différente). Mais je dois admettre que Napalm , Nasum, Gadget, Nostromo et pleins d’autres formations font partis des influences principales du groupe depuis sa création.

L'une des particuliers d'INFEST est quand même le timbre particulier de Bard... Braillé et penchant plus vers l'aigu... Il m'a semblé même voir certaines boutades qualifiant ce dernier de chant black.. Bref, cette voix de truie embringuée dans une partouze de porcs enragés, c'est de l'ordre du naturel ou t'as quetchose glissé entre les fesses lorsque tu cries ? Plus sérieusement, si votre style est classique mais ne démord pas moins d'efficacité, cette petite touche singulière n'est pas négligeable face aux nombres (incalculable) de groupes pratiquant le style...

Hahaha.. la voix criarde du Bard est décidemment au ce
ntre des sujets de discutions. Comme tu l’a dis j’ai même lu des comparaisons avec le black metal mais nous ne sommes pas d’accord. C’est vrai que comme tu le dis cette voix permet d’une certaine manière de se démarquer un peu de pas mal de formations et je pense que c’est quelque chose de cool au final. Maintenant nous évoluerons peut-être dans les prochaines compos avec encore d’autres évolutions à la voix. On verra bien.

En attendant... Si l'album est des plus compacts, le titre "Furioso" se démarque un peu, proposant quelques passages d'un death sulfureux et démoniaque... Est ce là à titre expérimental, quelque chose que vous réitèreriez d'avenir ?

C’est marrant parce que « Furioso » fait justement partie d’un de ces titres qui figuraient sur notre première démo. Si je ne me trompe pas c’est même le titre le plus long de l’album. C’est donc pour ça que tu as du remarquer qu’il se démarque des autres. Maintenant si c’est ton morceau préféré tu risques de ne pas trop aimer les prochaines compos qui devraient plus se rapprocher de titres comme « Feel the rage » ou « Like a stray dog ». Des morceaux plus courts, plus bourrins, plus grind et à mon goût plus efficaces. Mais c’est vrai que « Furioso» est un putain de titre... c’est d’ailleurs pour ça qu’on le garde et qu’on le joue encore avec grand plaisir en live.

L'idée m'a rappelé le groupe IMPUREZA, qui est de votre coin je crois d'ailleurs...

Désolé.. je ne connais pas trop cette formation ! Je crois savoir qu’ils chantent en espagnol comme nous et qu'ils font du grind. En tout cas le peu que j’en ai écouté m’a vraiment plu. Je vais m’y pencher plus sérieusement.


Oui, un death assez démonique. Bref, "Feel the rage" est un titre pour le moins expressif ! Si le packaging est en dessous très propre, proposant un digipack, on reste un peu dans l'intrigue quant aux textes. Vers quoi se tournent donc ces derniers ? Certains noms de chansons étant d'ailleurs en Espagnol (Basque?)... Que cachent-ils ? De la propagande de terroristes Basques ?:)

Les textes traitent principalement des différentes facettes de l’homme et de la double personnalité qu’il peu avoir. Néanmoins pas de concept particulier dans cet album. En ce qui concerne la langue, nos textes sont en effet écrits en espagnol ainsi qu’en anglais. Ils ne cachent rien de particulier et ne sont pas revendicatifs ni politisés. Je tiens à préciser que même si nous chantions en basque cela ne changerai rien, car c’est une langue comme une autre et il faudrait que cet amalgame avec la violence disparaisse à jamais pour ne pas insulter ses locuteurs.

Restant sur l'album, ce dernier dispose un bon gros son, donnant une présence très égale à chaque instru, mettant même en avant la basse qui ici est loin de faire tapisserie... Dans quelles conditions se sont passées ces étapes de l'enregistrement, du mix..., du choix du studio... ?

En effet, nous avons essayé de fair
e au mieux concernant la production et nous sommes satisfaits du résultat final. Les prises ont étaient faites en home studio dans des conditions minimales à moindre frais chez Petunkeib records qui a fait du super boulot pour le mix. Nous avons ensuite masterisé chez Kameamea studios près de chez nous et je dois dire que même si nous avions plusieurs studios en tête nous ne regrettons absolument pas d’avoir bossé avec ces deux structures très carrées et professionnelles malgré leur jeune age.

C'est sous l'étiquette d'Hurricane Entertainement que l'album est finalement sorti.. Vous qui vous entendez bien avec les INHUMATE, que pensez-vous de leur esprit D.I.Y. exploité à fond ? Quelles ont été aussi les raisons qui ont fait que vous n'avez pas suivi ce même chemin de liberté et d'autonomie ?

En ce qui concerne Inhumate, je ne tiens pas à parler en leur nom mais en tous cas ils prouvent qu’avec de la volonté, du travail et de la motivation on peut réussir à avancer et faire des choses très grandes. La preuve en est qu’ils étaient une fois de plus à l’affiche de l’Obscene Extreme. C’est un grou
pe que nous respectons beaucoup et Infest leur doit pas mal de choses. Au bout du compte notre signature chez Hurricane ne nous enlève pas du tout cette liberté car nous sommes totalement libres. Nous prenons les décisions qui nous semblent les bonnes et nous continuerons à le faire. Les raisons de notre signature étaient davantage portées sur les réseaux de distribution du label qui correspondaient le plus à nos attentes.

Satisfaits au final de cet accord ?

Satisfaits.


Bien ! J'ai vu que vous alliez brûler les planches cet automne avec nos chtis gars de GORYPTIC avec quelques dates en France mais aussi en Espagne... Comment s'est décidée cette union ? Qu'y est-il de prévu ? Quels autres groupes, si la chose était possible, aimeriez vous joindre à cette tournée ?

En effet nous partirons en tournée à partir du 31 octobre jusqu’au 11 novembre avec les Goryptic. Nous nous sommes rencontrés lors de notre précédente tournée où nous avons partagé la scène pour deux
concerts. L’idée d’une tournée commune s’est mise en place du fait d’un calendrier quasi commun entre Infest et Goryptic (sortie d’album en même temps ect). De plus humainement nous avons super accroché avec eux alors pourquoi se priver d’une tournée qui je l’annonce, devrait être sous le signe de l’extrême.
Quand à d’autres groupes, ma foi je partirai bien avec Cryptopsy, Dying fetus ou Mumakil. L’appel est lancé.

Héhé... Des projets parallèles pour certains d'entre vous sinon ?

Sbeu et moi même sommes en train de monter un tribute to metallica avec d’autres zikos qui devrati voir le jour assez rapidement
sous le nom de Metal & Couilles. Pat quand à lui mène à bien son projet parallèle qui s’appelle BKBO et qui commence à bien tourner du coté de chez nous.

Bien, nous y voici, pour finir et en te remerciant donc, je vous demanderai votre point de vue sur l'underground hexagonal ?

Je crois que l’underground français se porte bien, il y a des putains de groupes et le réseau est efficace dans la grande majorité tant au niveau des zines papiers que de certains webzines qui font un gros boulot quotidien pour que tout ça puisse continuer à s’améliorer. Je te remercie d’y contribuer et d’avoir filé un coup de main promotionnel à INFEST.
 

>>> Le site : http://www.infest-metal.com/

>>> Lire la chronique de "Feel the rage"

>>> Lire la chronique de "Demo 2005"