Type : album
Durée : 31.59
Année : 2007
Genre : death brutal
Label : autoproduction
Pays : France

Lire/ajouter Commentaires
SITE OFFICIEL
MYSPACE

 

LINE UP

Stéphane : guitare

Vincent : guitare

David : chant

Stef : basse

Bastos :batterie

 

EGALEMENT ...

 

DEEP IN HATE / ONLY THE STRONG SURVIVE


Après un passage bien intéressant en 2004 avec la démo "Never remorse" les Parisiens de DEEP IN HATE marquent le retour avec déjà leur premier album "Only the strong survive" qui comme son nom l'indique (Seul survivent les plus forts) entend bien nous secouer les cages à miel ce qu'il faut. Et croyez moi, ce n'est pas de la poudre aux yeux. En effet, si les débuts nous présentaient un groupe à tendance deathcore côtoyant qu'en retrait (mais avec idées) la massivité du death ces trois années passées auront pour le moins développé cette masse "deathculaire" transformée pour le coup en un death brutal, pesant, puissant et riche des influences, nombreuses, qui se prêtent au jeu. BENEATH THE MASSACRE, DECREPITH BIRTH pour les avouées, ajoutons sans craintes NECROPHAGIST, NILE, ORIGIN ainsi qu'HATE ETERNAL. Une brochette des plus appétissantes avouez ! D'autant que DEEP IN HATE s'en tire carrément bien tant en technique qu'en ambiance et n'a sans doute pas encore le mérite de rivaliser avec ses pères (quoique?) mais bien assez de brio pour se flatter l'égo. Car si le nom de cet album frappe dans le direct, les musiciens se cachant derrière n'ont pas bêtement suivis le cliché de la brutalité simple et sans sophistications (Il y en a à revendre quand même). Leur jeu reste bien assez technique dans tout ça. Le tout est d'ailleurs très bien maîtrisé et bien carré. Et d'accélérations en ruptures, passant par des breaks lourds et inspirés "Only the strong survive" nous malmène par son instabilité constante, sa cadence offensive, son pas des fois pachydermique et sa forme monolithique, car cet album, certes riche, vous tombe dessus d'un bloc. Et instrumentalement les preuves sont là. Batterie carrée blastant souvent, roulant en double, posant le tempo pour donner la lourdeur sur la rythmique. Guitares liguées pour donner encore plus de poids, riffs accrocheurs et tranchants, caractéristiques aux influences précitées. Le doigté s'y fait habile, tantôt saccadé, tantôt véloce. Si la basse reste plus en arrière à n'en pas douter que cette dernière donne de la rondeur bienvenu, notamment par le fait que la batterie soit plus sèche que lourde. Quant au chant, je ne sais qu'en dire. Un growl roulant bien du gosier, massif et classique, mais qui passe partout et apporte à son tour une lourdeur supplémentaire. Au niveau de la prod c'est là un son moderne, clinique et froid qui rend tranchante comme le verre l'écoute de cet album. "Brut" est sans conteste un adjectif qui lui va bien et ce n'est que plus adapté à la charge, souvent virulente, qui ici s'affiche. Quelques arpèges en breaks (Hopeless Addiction), un solo évasif et old school (Payback Time), une ambiance,elle, toujours menaçante, voir oppressante... Fouillé, massif et bien membré ce premier album de DEEP IN HATE ne bluffera peut-être pas par son originalité mais excellera dans la qualité d'interprétation ! Très propre, très bon et puissant, le genre de skeud qui s'achète les yeux fermés, d'autant que rien ne laisse ici deviner qu'il s'agisse d'une autoprod ! Comme on dit chez les autres "Respect".
 


 

TRACKLISTING

Intro / Payback time / Abortion in progress / Status : IDLE / Hopeless addiction / Sphere of handling / Traffic insanity / Execration need